in

Suisse : Ouvrez vos fenêtres, il pleut du chocolat

Ce n’est pas une blague. En Suisse, les habitants d’un village du nord du pays ont eu la surprise de voir tomber du ciel… des morceaux de chocolat ! L’origine de cette pluie de cacao a vite été trouvée.

Même Roald Dahl dans son livre Charlie et la chocolaterie n’y avait pas pensé ! Alors que le livre à succès, puis le film, présentaient une immense cascade de chocolat ou encore des glaces qui ne fondent jamais, c’est une pluie de chocolat qui s’est abattue sur la ville d’Olten, en Suisse.

Depuis plusieurs jours, les habitants d’un quartier industriel de cette commune située au nord du pays ont remarqué que des petits morceaux de cacao tombaient du ciel. Un rêve pour tous les gourmands !

Problème de ventilation d’une entreprise Lindt

Ces particules de chocolat provenaient en fait d’une usine de la célèbre marque Lindt & Sprüngli. L’entreprise a expliqué être à l’origine de la situation.

Un système de ventilation défectueux a rejeté dans l’atmosphère de petits morceaux de fèves de cacao, torréfiées et déchiquetées. Et les vents puissants de la région se sont occupés de transporter cette poussière alimentaire de couleur brune vers les habitations situées autour de l’usine.

C’est ainsi qu’un habitant s’est donc retrouvé des particules marron sur son véhicule, comme le montre cette photographie relayée sur Twitter.

La pluie de chocolat sur le véhicule d’un résident d’Olten. (Photo : capture Twitter @olten)

Lindt s’est engagé à prendre en charge le nettoyage de la voiture. Par ailleurs, des travaux sont en cours pour arrêter cette pluie chocolatée. En attendant, Lindt a assuré au média local Oltner Tagblatt qu’elle ne pose aucun danger pour la population ou l’environnement.

autres liens

What do you think?

Written by admin

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Comment Postuler chez McDO de manière Originale !

Un accident de voitures de luxe fait 3,5 millions d’euros de dégâts